• Avant-hier, j'ai pu enfin voir un concert du chanteur ivoirien Tiken Jah Fakoly au Bataclan, après l'avoir manqué plusieurs fois. Plutôt amateur de musiques instrumentales, en particulier de jazz fusion et de musique indienne, j'apprécie moins les chansons, trouvant le plus souvent moins de force à des paroles qu'à des expressions par le biais d'un instrument ou d'un dialogue entre instruments (la voix étant également un instrument, mais je la préfère sous forme de notes que de paroles). Néanmoins le reggae, après plusieurs années de résistance de ma part, m'a touché un beau soir d'hiver dans un coffee shop jamaïcain à Amsterdam il y a une dizaine d'années, allez savoir pourquoi.. ;-)

     
    Depuis je n'ai pas vraiment exploré en profondeur cette musique, mais j'écoute régulièrement Bob Marley, Burning Spear, LKJ, Pablo Moses et autres Peter Tosh, figures de proue d'un rythme et d'une histoire nés sur une petite île dans les années 60 et qui a fait depuis le tour du monde. Le concert de Tiken Jah m'ayant donné envie d'en savoir plus sur le mouvement rasta, j'ai un peu surfé pour essayer de résumer (sans recul malheureusement) l'histoire du rastafarisme, avant de revenir sur le concert lui-même.
    "Pave the way", Pablo Moses

     

     Le rastafarisme

    Le rastafarisme, du nom complet de l'ancien empereur d'Ethiopie Hailé Selassié (Ras Tafarí Makonnen), est né dans les années 30 en Jamaïque, ancienne colonie de l'Espagne puis de l'Angleterre et ancien « paradis » des marchands d'esclaves africains. Les jamaïcains subirent ensuite, après l'abolition de l'esclavage en 1834, l'influence des Etats-Unis et de sa culture judéo-chrétienne. Cependant la lecture de la Bible des jamaïcains s'est particulièrement focalisée sur les passages citant l'Afrique, et en particulier l'Ethiopie, notamment par l'intermédiaire de Marcus Garvey, longuement évoqué sur plusieurs albums de reggae, dont l'excellent double album portant son nom de Burning Spears :

     

     

     Marcus Garvey, homme politique jamaïcain respecté pour son action en faveur de l'émancipation des noirs aux USA au début du siècle, fut donc le principal artisan du développement du rastafarisme en « prophétisant » l'accession au pouvoir du Négus Hailé Selassié dès 1916: "Cherchez en Afrique le couronnement d'un roi noir, il pourrait être le Rédempteur." Hailé Selassié fut couronné en Ethiopie en 1928 et les rastas y virent la réalisation de la prophétie de Mosiah (le premier prénom de Marcus Garvey, signifiant « Moïse », le prophète libérateur des Hébreux) : le rastafarisme était lancé.


    Depuis, la religion rastafaraï s'est répandue dans le monde (malgré l'aspect dictatorial du règne du Négus), en particulier depuis l'émergence du reggae. Elle repose sur un principe :  Hailé Selassié est la dernière incarnation du Dieu de la Bible sur Terre (un messie en gros), Marcus Garvey est son prophète et l'Ethiopie est la Terre promise, même si les volontés de rapatriement des rastas dans ce pays n'ont guère été suivies d'effets (malgré la visite du Négus en Jamaïque en 1966). Les dreadlocks et la barbe des rastas sont la reproduction d'enseignements également trouvés dans l'Ancien testament (Lévitique, 21:5 :"[...]les prêtres ne doivent pas se faire de tonsure, ni se raser la barbe sur les côtés, ni se faire des entailles sur le corps.").  La ganja (le cannabis, the Holy herb) est un don de Dieu qui guide l'homme dans sa méditation. Elle trouve également une explication plus ou moins fumeuse dans la Bible (Apocalypse, 22:2 : "[...] Ses feuilles [de l'arbre de la vie] servent à la guérison des nations."). En gros, c'est l'équivalent du vin de messe, et d'ailleurs reconnu comme tel il me semble dans certains pays (pas en France bien sûr...). Cependant les rastas n'ont pas de lieu de culte : "L'Eglise d'un rasta, c'est l'homme lui-même" (Bob Marley).


    Ce qui est étonnant, c'est que les rastas considèrent que l'homme est né en Ethiopie... Ils considèrent également que Dieu est noir, ayant créé l'homme à son image (afrocentrisme). Or toutes les études scientifiques, à ce jour, situent également l'origine de l'homme en Ethiopie.... Bref... De nos jours le rastafarisme comporte davantage de sympathisants que de pratiquants, les dreads sont même devenues « à la mode »... Néanmoins le rastafarisme est toujours associé à l'émancipation de l'Afrique, à la Paix et à l'Amour, messages de base de la chrétienté... Bon, ok, aussi à la ganja...Comme dans la vidéo ci-dessous de Peter Tosh - "Legalize it"

     

     

     

    Le reggae

    Le reggae est né du ralentissement de la musique ska jamaïcaine dans les années 60. Cette musique s'inspire du rastafarisme pour les textes, avec au premier plan la libération du peuple noir du joug de Babylone, mais sans agressivité, en paix. Bob Marley a bien sûr joué un rôle majeur dans la propagation de cette musique, d'abord en Angleterre, puis aux Etats-Unis et dans le monde entier. L'album « Survival » avec la chanson « Zimbabwé » de Bob a permis la diffusion massive du reggae en Afrique, en particulier en Côte d'Ivoire, patrie d'Alpha Blondy. Tiken Jah Fakoly, également ivoirien, a depuis repris le flambeau et, grâce à ses chansons très engagées politiquement, se présente comme le porte-parole actuel de la jeunesse africaine qui tente de se dépêtrer des relents du colonialisme et des effets pernicieux actuels de la mondialisation, sorte de Babylone économique sans tête ni foi

     

    Bob Marley "war" (après une intro sur le rastafarisme en anglais)

     

     

    Tiken Jah Fakoly

    J'ai donc découvert cet artiste il y a peu de temps. N'écoutant pas la radio et ne regardant pas les émissions musicales télévisées, j'étais passé à côté de ses albums, bien que « Françafrique » ait été unanimement salué en France. Depuis je me suis rattrapé et j'apprécie désormais énormément ses disques, tant sur le plan musical que textuel. « Françafrique » et « Coup de gueule », les 2 derniers, sont en effet non seulement percutants par leur message de ras-le-bol vis-à-vis de la société actuelle africaine voire française, mais ils sont également musicalement très intéressants, avec une excellente section cuivre, des rythmes variés, une chaleur omniprésente (ils ont été enregistrés en Jamaïque avec Sly & Robbie, mythiques accompagnateurs jamaïcains que j'avais pu écouter auparavant avec Monty Alexander et Ernest Ranglin, deux excellents jazzmen jamaïcains). Il ne me restait donc plus qu'à le découvrir en concert, ce que j'ai pu enfin faire avant-hier.

     

    Quel showman !! Tiken Jah et son groupe (guitare, basse, batterie, clavier, sax, trompette, trombone et 2 choristes) ont déversé une musique incandescente, urgente, le tout devant une salle conquise et enfumée. Quel bonheur, au moment où l'on parle en France de guérilla urbaine, de discriminations quotidiennes, d'intolérances multiples et de provocations stupides, de voir des centaines de personnes de tout âge et toutes couleurs onduler ensemble, reprendre en cœur les chorus, par exemple : « quand nous serons unis, ça va faire mal », ou encore « La France va mal, l'Afrique va mal » sur la chanson « mon pays va mal », « Ils ont partagé le monde sans nous consulter », « on en a marre, l'Afrique en a marre marre marre », etc. Cette communion des musiciens et du public dans le contexte actuel était touchante et entraînante, cela m'a rappelé le concert de Nitin Sawney dont je parle à la fin de cette bafouille.


    Tiken Jah est donc un artiste vivant pleinement sa musique et ses textes, n'hésitant pas à fustiger les dérives actuelles, à commencer par celles subies par son peuple en Côte d'Ivoire (ce qui lui vaut actuellement des menaces l'ayant poussé à s'exiler au Mali). Cet article résume beaucoup mieux que moi le personnage et le contexte : cliquez ici


    "Y'en a marre" (clip)



    "Africa" (concert à Dakar - 2005)



    "Quitte le pouvoir" (concert à Dakar - 2005)



    "Francafrique" (Concert à Dakar - 2005)


    En conclusion

    Je n'ai pas de dreadlocks, je ne suis pas noir à l'extérieur (peut-être à l'intérieur ?), mais le reggae, dont je ne suis qu'un amateur à peine éclairé, me séduit, à la fois par son côté ensoleillé et musical, mais aussi par les valeurs rasta qu'il véhicule, bien incarnées par Tiken Jah : l'humanisme avant tout, que l'on soit religieux ou pas, est la seule porte de sortie pour nous, terriens, qui ne trouvent rien de mieux que de s'entredéchirer alors que nous sommes tous pareils...

     

    Parmi les nombreuses chansons de Tiken Jah, voici les paroles d' « On a tout compris », chantée en rappel avant-hier (source : cliquez ici ; d'autres textes de Tiken jah sont présents sur ce site, ainsi que ceux de nombreux artistes de reggae) :

    On a tout compris
    Allez dire aux hommes politiques
    Qu'ils enlèvent nos noms dans leur business
    On a tout compris
    Allez dire aux hommes politiques
    Qu'ils enlèvent nos noms dans leur business
    On a tout compris
    Ils nous utilisent comme des chameaux
    Dans des conditions qu'on déplore
    Ils nous mènent souvent en bateau
    Vers des destinations qu'on ignore
    Ils allument le feu, ils l'activent
    Et après , ils viennent jouer aux pompiers
    On a tout compris
    Allez dire aux marchands d'illusion
    Que nos consciences ne sont pas à vendre
    On a tout compris
    Ils sont complices de Babylone
    Pour nous arnaquer aie aie aie
    Ils font semblant de nous aider
    A combattre cette injustice
    Ils allument le feu, ils l'activent
    Et après, ils viennent jouer aux pompiers aie aie aie
    On a tout compris
    On a tout compris
    On a tout compris
    On a tout compris
    Ils nous utilisent comme des chameaux
    Dans des conditions qu'on déplore
    Ils nous mènent souvent en bateau
    Vers des destinations qu'on ignore
    Ils allument le feu, ils l'activent
    Et après, ils viennent jouer aux pompiers aie aie aie
    On a tout compris
    On a tout compris
    C'est toujours le même scénario
    On a tout compris
    Les marchands d'illusion sont là
    On a tout compris
    A partir de maintenant
    On a tout compris
    A partir d'aujourd'hui là
    On a tout compris


    Sources :

    Le site de Tiken Jah Fakoly 
    Un site sur l'histoire du rastafarisme
    Un site sur l'histoire du rastafarisme et du reggae

     


    10 commentaires
  • Comme beaucoup de gens je suppose, je suis actuellement inquiet du fait de la prolifération des actes terroristes imputés à des islamistes radicaux dans le monde, prolifération doublée d'un retour vers le religieux qui augure de conflits invraisemblables, y compris sur notre sol. Cette inquiétude est renforcée par la sensation qu'un être irremplaçable s'est envolé en 2001. Il existe dans l'Histoire des tournants impossibles à contrebalancer : le 11 septembre, le monde a commémoré le tragique attentat de New York en 2001 qui a marqué un virage irréversible de la géopolitique. 2 jours plus tôt, les afghans ont également commémoré l'assassinat de Massoud par les Talibans, tragique événement également irréversible... Putain de semaine !

     

    Du coup je repense à la formidable occasion manquée par le monde occidental de changer le cours de l'Histoire. En effet que se serait-il passé si, par exemple, Chirac et Jospin avaient reçu le « lion du Panshir » au printemps 2001 lors de sa première visite en Europe au lieu de le bouder et de se contenter d'un entretien avec Hubert Védrine, au Quai d'Orsay je crois, puis avec Nicole Fontaine dans une salle du Parlement Européen? Il est possible qu'ils aient été convaincus par Massoud de l'urgente nécessité de ne plus tolérer les dérives talibanes? Les discours ont certes un peu suivi, mais mollement, en France comme ailleurs... les Talibans ont donc pu continuer à oppresser en toute impunité le peuple afghan...Bien que Massoud ait mis en garde la communauté internationale sur la situation et le gouvernement américain en particulier sur l'imminence d'une attaque de Ben Laden de grande ampleur,  entre avril et septembre ni les américains ni les français ni d'autres n'ont efficacement soutenu l'Alliance du Nord, seul rempart pourtant contre les Talibans cerveau-lavés dans les madrasas pakistanaises...  N'a-t-on pas privilégié nos contrats commerciaux régionaux (armements++)  et une inertie bien confortable plutôt que l'exercice de relations et d'influences géopolitiques fortes dans cette région avec un soutien massif à l'Alliance du nord, martyrisée par les Fous d'Allah?

     

    Massoud était un homme très cultivé, modéré, tolérant et luttant farouchement contre la dérive radicale des Talibans, dérive comparable aux manipulations des nazis et de certaines sectes. Au lieu de le soutenir en bloc, nous (les occidentaux en général) avons donc toléré à l'époque le rôle délétaire  des radicaux pakistanais, voire jordaniens tout en fermant les yeux sur l'endoctrinement massif perpétré dans ces pays et en Afghanistan, conséquence directe du blanc-seing accordé aux milices islamistes pour contrer les soviets dans les années 80. Résultat, une explosion terroriste non anticipée, puis non jugulée par le démantèlement des Talibans, métastasant partout dans la haine, utilisant internet parfaitement pour influer et propager... Sans oublier le rôle incendiaire de l'attaque américano-anglaise en Irak qui a mis un pays à plat en quelques semaines en s'appuyant sur des mensonges et des bombes grossiers,...

     

     

     

    La France a donc, à mon avis bien sûr, perdu l'occasion d'apporter une contribution significative aux équilibres géopolitiques mondiaux en ne soutenant pas davantage Massoud et son combat contre les Talibans. Certes, notre pays est plutôt tolérant et humaniste (enfin si on le regarde de pas trop près...) et il a réagit lorsque les américains s'apprêtaient à attaquer l'Irak. Mais cette réaction était tardive (des dizaines de milliers de Gi's étaient déjà massés au Koweit pour attaquer l'Irak quand Chirac et Villepin se sont insurgés), intransigeante ("de toute façon nous c'est veto") et sans remise en cause  d'une politique de ventes d'armes peu regardante (nous sommes le 3ème exportateur mondial). Par ailleurs nous avions passé des contrats juteux malgré l'embargo avec l'Irak de Saddam sans essayer de favoriser la résistance irakienne, qui aurait pu, qui sait, renverser Saddam autrement qu'à la traîne d'américains naïfs sur les enjeux et les conséquences de leurs actes.

     

    Cependant l'incertitude qui perdure ce jour sur l'avenir de la bien fragile néo-démocratie irakienne, ainsi que le constat du chaos actuel avec ses milliers de civils assasinés par d'autres humains endoctrinés au point de se tuer, portent peut-être les germes d'une critique constructive du passé suivie d'une véritable refonte de notre approche : si la Constitution irakienne est adoptée en octobre, logiquement le transfert de pouvoir devrait s'accélérer et les troupes de la coalition commencer à se retirer, éclaircissant la situation (de quelle façon...? on veera bien...) et donc nous encourageant à rejeter beaucoup plus systématiquement et fermement un islamisme radical qui serait plus transparent en tentant toujours de pourrir l'Irak... (actuellement il est difficile de tout comprendre, entre les disciples de Zarqaoui, les anciens baassistes, le rôle syrien, jordanien, iranien, pakistanais... quel bazar...). De plus l'évacuation de Gaza, bien que chaotique, représente un pas vers la résolution du conflit israelo-palestinien qui empoisonne également les relations internationales depuis trop longtemps : une résolution « propre » de ce conflit couperait l'herbe sous les pieds des endoctrineurs d'Al Qaida qui lavent le cerveau de leurs futurs kamikazes en rendant Israël et « les croisés » responsables de tous les maux..

     

     

     

    La France pourrait donc à nouveau prendre des positions fortes (partagées avec un pouvoir démocrate US, rêvons...) contre l'islamisme radical internationalisé et intolérant... Une meilleure gestion de la question de l'immigration et des cultes en France  avec une pratique religieuse restant privée dans notre pays nous permettraient peut-être d'être plus influents ailleurs... En effet on nous entend beaucoup sur Kyoto, la taxe Tobin et ses variantes, ou encore l'aide au développement (bien que paradoxalement nous nous arqueboutions sur nos subventions agricoles...)...tout comme avant 2003 on nous entendait encore beaucoup sur le problème palestinien... Mais depuis l'invasion et l'occupation de l'Irak, nous (en l'occurrence, nos dirigeants) sommes bien plus timorés ou inaudibles, tout en multipliant les maladresses et erreurs sur le plan intérieur... Le retour de Villepin cette semaine à l'Onu est peut-être un premier pas vers un retour possible de notre influence.

     

    Au niveau intérieur, le gouvernement patauge, tiraillé entre plusieurs options, mais, par exemple, le CFCM a montré à l'occasion de l'affaire des otages en Irak qu'il était capable de parler d'une seule voix, celle de musulmans (croyants) en France respectant la démocratie et la laïcité de l'Etat... et cette attitude pourrait montrer aux populations arabes déstabilisées par le terrorisme qu'il est certainement possible de vivre un islam modéré avec fierté et cohésion, malgré la présence d'extrémistes qu'il faut arriver à cerner et emprisonner.. Du coup si nous optons pour des positions claires, transparentes et justes (ok je rêve, en fait ils doivent surtout voir nos charters sarkoziens mais bon, imaginons...) la voix de la France serait peut-être davantage écoutée, à condition de ne pas retomber dans des contradictions (par exemple en fermant les yeux sur de nouvelles dérives intégristes, chez nous ou ailleurs..) ou de ne pas ignorer un nouveau Massoud... Ce dernier est malheureusement mort suite à un attentat d'une lâcheté immense, mais j'espère que le monde écoutera davantage à l'avenir les quelques personnages de son ampleur, comme Mandela, le Dalai Lama ou encore, à un niveau différent et français, Nicolas Hulot par exemple, qui prêche dans le désert ou presque... Notre monde est en pleine interrogation (religion ou athéisme, ultra-libéralisme ou social-libéralisme, interventionnisme étatique ou non, libéralisation du nucléaire pour tous ou non, pétrole, Europe, espace, etc.), nos dirigeants semblent souvent déconnectés, aussi les personalités apolitiques et influentes ont peut-être leur mot à dire...?

     

     

     

    En conclusion, je sais bien que le bordel actuel est loin d'être résolu voire résolvable, mais j'ai quand même encore envie de rêvasser, aussi je repense souvent à Massoud et espère voir bientôt un leader ou un mouvement mondial se dresser contre les absurdités du monde d'aujourd'hui et de demain... avec une solution bien sûr, c'est bien ça le problème...

     

     

     

    Voici l'extrait d'un article sur la visite de Massoud au Parlement européen en avril 2001, trouvé sur le net (cliquez ici) :

     


    S'exprimant en dari, le Commandant Massoud, coiffé d'un pakul traditionnel, a affirmé que cette invitation serait « appréciée par les Afghans » et considérée comme « le tournant du conflit », qu'elle donnerait à l'Afghanistan une nouvelle image au sein de la communauté internationale ; il exprime sa gratitude à l'égard du Parlement Européen car une nouvelle phase est en passe de s'ouvrir dans la situation en Afghanistan. Le Commandant Massoud estime que les Taliban ont une « interprétation spécifique et fausse de l'Islam ». Leurs motivations sont « exclusivement religieuses », l'Afghanistan ne constituant à leurs yeux que « la première étape » de la poussée dans la région d'un courant intégriste sans précédent. Il a de plus affirmé que « sans l'aide du Pakistan, le régime taliban ne serait pas en mesure de tenir plus d'un an », car bien plus qu'une aide militaire, il s'agit bien d' « un véritable soutien politique, logistique et économique de la part d'Islamabad ». C'est pourquoi des pressions internationales sur le Pakistan sont indispensables pour que ce dernier cesse son soutien au régime extrémiste des taliban au pouvoir ; Nicole Fontaine s'est jointe à cette requête en demandant « solennellement au Pakistan de cesser son soutien à ce régime qui, en raison de son fanatisme, est une menace pour la société internationale ».

     

    Et une vidéo de YouTube qui date probablement de la même visite, où Massoud appelle Bush et les pays occidentaux à agir contre le Pakistan et les talibans avant qu'il ne soit trop tard... :


    Comme quoi, les mots sont utiles, mais s'ils ne sont pas suivis d'actes.... 

     

      

     

    NB : un DVD sur Massoud, Massoud l'Afghan, a été réalisé par Christophe de Ponfilly (interview de fin 2001 : cliquez ici), si vous ne l'avez pas vu et que vous pouvez vous le procurer, n'hésitez pas, ce documentaire est magnifique.... Christophe de Ponfilly est à nouveau en Afghanistan actuellement pour tourner un film sur l'invasion soviétique des années 80, prélude de tout le bazar actuel...

     

     

    Source de l'image : cliquez ici


    votre commentaire
  • Après la baffe London 2012, 6 constats, compilation de mes impressions et de la lecture des réactions dans la presse:

    1.      Un Sebastian Coe et une présentation finale au CIO brillants : avoir choisi un politique pour défendre notre candidature plutôt qu'un sportif a sûrement également joué contre nous. Son charisme et son implication, bien que limite démago (en gros les anglais vont sauver la jeunesse du monde par le sport), a sûrement beaucoup plus pesé que les interventions un peu naïves de Delanoë, soutenu par Deneuve ( !!), Johnny ( !!), Belmondo ( !!) et un film tourné vers le passé (Trenet en bande son !!)... ;

    2.      Le lobbying actif de Blair : plutôt que les accolades parcheminées de Chirac au dernier moment, Blair a joué la carte de la présence, restant plus longtemps au CIO, recevant les membres du CIO en entretien. Tout lui réussi en ce moment, la dynamique est de son côté et ce CIO semble bien corruptible (souvenez-vous de l'affaire de Salt Lake city par exemple) ;

    3.      Un Samaranche influent : l'ancien Président du CIO est apparemment évoqué par tous comme moteur des votes vers Moscou et Madrid puis leur report sur Londres ;

    4.      Un Chirac fossilisé : il est complètement à côté de la plaque depuis des années, comme on a pu le constater pendant la campagne référendaire. Il s'était dressé contre la guerre en Irak, mais en se mettant les pays de l'Est à dos et surtout en ne réagissant plus depuis, notamment depuis les élections de janvier irakiennes. Il donne des leçons au monde entier sur la pauvreté mais cette dernière s'accroît dans notre pays et nous ne respectons pas nos engagements internationaux.. Il a maintenu Raffarin au gouvernement malgré 3 baffes électorales monumentales (régionales, cantonales, européennes). 2 jours avant le vote du CIO il a fait des commentaires de poivrot sur les anglais et les finlandais (cliquez ici), etc. etc.

    5.      Le « non » du 29 juin : un membre honoraire du CIO évoquait le « non » au référendum européen pour expliquer un report des voix des pays de l'Est sur la candidature de Londres. Ce « non » ainsi que la campagne du « plombier polonais » ont sûrement influencé aussi les pays qui avaient voté pour Madrid aux 3 premiers tours;

    6.      La France à l'arrêt : en dehors du « non », la France n'innove plus, n'avance plus. Le pouvoir en place perd 4 élections de suite et ne bouge pas. Notre chômage est massif, notre endettement aussi, notre croissance en-dessous de la moyenne européenne tout comme le niveau de notre pouvoir d'achat. Nos politiques brassent du vent et traînent des casseroles. Certes nous avons obtenu le projet Iter, mais c'est un projet coûteux, aux résultats incertains... d'ailleurs les anglais comme les japonais n'ont pas fait beaucoup de difficultés pour nous le laisser, c'est significatif...

     

    Toutes ces raisons sont loin du sport, de l'olympisme...

    Mais bon, c'est le monde d'aujourd'hui, tout est géopolitiquement calculé, y compris nos loisirs...Et le résultat reste un échec monumental pour notre pays  avant tout, avec des dégâts collatéraux sur Chirac et Delanoë.... La France est désormais un pays recroquevillé, loser, négatif, naïf, tout sauf moderne...Villepin a beau dire qu'on construira quand même les équipements sportifs, il ne donne pas de calendrier et nous savons que l'olympisme en France, c'est désormais chimérique..  Le tourisme, la mode, nos paysages et nos musées sont toujours là, mais nous n'innovons plus. Au 19è et 20è siècle, la France était au cœur de toutes les inventions : autos, avions, photos, cinéma, médecine, etc. Aujourd'hui que reste-t-il ? On brade l'éducation et la recherche pour essayer de coller à une mondialisation qui nous échappe, n'ayant pas su nous adapter... Les socialistes n'ont plus la flamme, la droite ne voit d'issue dans le modèle américain, ultra-compétitif mais bigot, méprisant pour les autres et répressif..

     

    Alors, qu'est-ce qu'on fait ?

    Il va bien falloir rebondir et remiser définitivement notre arrogance et notre complexe de supériorité à la poubelle.... Une fois que Chirac et sa clique auront quitté le pouvoir, nous arriverons sûrement à nous redresser, on est productifs et structurés avec un pays magnifique...  On pourrait peut-être accélérer les choses en allant tous à la Bastille le 14 juillet pour demander la tête de Chirac... Après tout, quitte à avoir Sarko, autant l'avoir maintenant (par le biais de présidentielles anticipées), ça fera 5 ans pour essayer de trouver comment le contrer en redonnant un élan « à la française » à notre pays... A moins que les tenants du « non » de gauche, vainqueurs le 29 mai, fassent rêver les français et emportent la mise dans ces élections qui pourraient avoir lieu à la rentrée... ok je déconne... alors le retour de Jospin ? ...ok je déconne aussi... De toute façon Chirac ne sautera pas, il racontera n'importe quoi le 14 juillet à la télé et ensuite il s'enfermera dans son palais jusqu'en 2007, pendant qu'on continuera de tourner en rond... youpi....

     

    Source des 2 images : le site du Nouvel Obs'


    votre commentaire
  • Alors qu'on pouvait penser (espérer ?) que Chirac adopterait la ligne de conduite de Bertrand Delanoë et de l'ensemble du comité Paris 2012 pour l'attribution des JO à Singapour demain  (défendre une candidature dans le respect des adversaires, sans notre arrogance légendaire), notre Président élu à 82% s'est permis de dire à Schröder et Poutine devant plusieurs journalistes à propos des britanniques :

    • "La seule chose qu'ils ont faite pour l'agriculture européenne, c'est la vache folle";
    • «On ne peut pas faire confiance à des gens qui ont une cuisine aussi mauvaise»
    • «Après la Finlande, c'est le pays où on mange le plus mal.»
    • A propos de l'Ecossais lord Robertson, ancien secrétaire général de l'Otan, qui lui avait fait goûter une spécialité peu ragoûtante de son pays : «De là, nos difficultés avec l'Otan...».

     

    Ces propos, rapportés hier par Libération (cliquez ici), ont fait le tour de la planète... et ont notamment atterri chez les anglais, donnant lieu à un déchaînement des journaux britanniques, The Sun par exemple (cf. dessin et montage tout en finesse ci-dessus, et cliquez ici , et là). Ce tabloïd, ravi de l'aubaine (le Président français qui se met au niveau de la presse caniveau, quel plaisir...) s'est empressé de dire avec jubilation que :

    • ces remarques sont racistes ;
    • la cuisine britannique était certes sinistrée avant les années 80, mais s'est métamorphosée depuis : l'Angleterre compte 20 des 100 restaurants les plus côtés du monde... ;
    • les représentants finlandais du CIO (2 voix au vote) ont sûrement dû apprécier d'entendre leur nourriture qualifiée de pire du monde... ;
    • la France a été la dernière a lever les restrictions sur le bœuf anglais, en partie par protectionnisme sans objet. 

     

    Or depuis quelques semaines Chirac est traité de tous les noms en Europe suite à sa gestion calamiteuse de la campagne référendaire ayant mené à l'échec de la Constitution et suite au replâtrage ministériel indigent qui a suivi la baffe pourtant monumentale reçue dans les urnes.

     

    De plus son « pas touche à ma PAC » lors des discussions budgétaires de l'UE a également été mal perçu, venant de la part d'un chef d'Etat qui tient de grand discours sur la pauvreté mondiale mais empêche les exportations agricoles venant des pays pauvres par ces subventions massives. Même si pour être honnête sa remise en cause du rabais britannique a été elle plutôt bien accueillie...

     

    C'est donc un président plutôt affaibli (21% d'opinions favorables dans les sondages, pire que Raffarin...c'est dire...) qui doit demain défendre la candidature de Paris aux JO.

     

    Pourtant, le dossier parisien est quasi-unanimement reconnu comme le meilleur. Certes Guy Drut, figure de cette candidature, est inculpé pour emploi fictif à la Mairie de Paris (sous...Chirac) et n'est pas du voyage à Singapour. Mais on pouvait penser que ça passerait sans problème, vu l'implication totale des autres acteurs sportifs et politiques français de cette candidature et la qualité intrinsèque du dossier, qualité affinée par 2 échecs précédents (JO 1992 et JO 2008)... Et voilà que Chirac met les pieds dans le plat comme un gros bourrin...

    M'enfin on verra bien les résultats demain, ça ne changera probablement pas grand chose au résultat final... D'autant que les anglais se sont également lâchés, critiquant le Stade de France et sa capacité à accueillir de l'athlétisme (alors que les Mondiaux y ont eu lieu en 2003 sans aucun problème)....

     

    Perso autant je me dis que pour Paris, si on a les JO, cela risque d'être synonyme de travaux à n'en plus finir, de majoration d'impôts, de grimpée des loyers, etc., autant je me dis que pour la France, ce serait quand même très positif : les JO sont avant tout le triomphe du dépassement du soi par le sport (enrobé de marketing rutilant mais bon..) pratiqué par des individus venant du monde entier. Donc s'ils nous permettent de faire une vraie fête mondiale et, au passage, de nous mettre vraiment au sport et de retrouver un élan, je signe tout de suite... : peut-être que les enfants feront alors plus d'une heure de sport par semaine à l'école ? Peut-être qu'on transformera l'essai de la coupe du Monde 98 et qu'on deviendra enfin une vraie nation sportive et dynamique ?

     

    Et puis ce serait tout simplement le moyen de sortir un peu la tête de l'eau : après avoir torpillé le référendum européen sans proposer d'alternative crédible (pour le moment en tout cas), notre moral est dans les chaussettes...et une aventure olympique pourrait nous recentrer sur le positif, le concret, les projets...Les français pourraient alors être perçus autrement que ronchons, vieillissants ou arrogants... Vivement demain !


    votre commentaire
  •  

    En ces temps troublés de campagne référendaire, une bonne nouvelle est tombée récemment : l'attribution d'une fréquence gratuite à i-TV sur le numérique terrestre, avec 7 autres chaînes (communiqué du CSA du 9 mai : cliquez ici).

     

    i-TV, c'est quoi ?

    Une chaîne « tout info » du groupe Canal+ ( site : cliquez ici) que je reçois sur le câble, faisant partie des quelques centaines de milliers de privilégiés ayant accès à plus de 6 chaînes. Sur cette chaîne on trouve des journaux de 15 à 30 minutes selon les horaires, de nombreux débats politiques nationaux et internationaux, des présentateurs « humains », dynamiques et incisifs (par exemple Samuel Etienne, en bas à gauche de l'image), des intervenants réguliers de qualité qui réagissent à l'actualité, des reportages pédagogiques ou polémiques, etc.

     

     i-TV est en concurrence directe sur le câble avec LCI, du groupe TF1, qui n'a pas sollicité de fréquence gratuite sur la TNT, et, à un moindre degré, avec Euronews.


     

    Une chance, pourquoi ?

    Les Français regardent la télévision en moyenne 3h24 par jour, selon les derniers chiffres Médiamétrie (cliquez ici). Etant donné les parts d'audience de TF1, cela fait environ 1h30 à 2h par jour de consommation des programmes de cette chaîne, dont les infos. En effet la grande majorité des français n'ont que 6 chaînes pour le moment, et donc TF1 et le service public comme seules sources d'info télévisée. Or les journaux de TF1 et de France 2 - France 3 se ressemblent beaucoup, sont relativement consensuels et relativement complaisants avec le pouvoir en place, quel qu'il soit.

    Alors certes il existe les journaux et internet pour s'informer par ailleurs, mais l'impact des images me semble toujours supérieur, ou en tout cas plus capable de marquer durablement les esprits.

    Or i-TV fait entendre un autre son de cloches : autant on retrouve la patte TF1 / UMP dans les journaux de LCI, autant on retrouve la patte Canal + / gauche critique  sur i-TV, en gros une certaine impertinence peu complaisante avec le pouvoir actuel. Et ça fait du bien !

    Je me suis « amusé » à lire un certain nombre de dépêches d'actualités dans la journée et ensuite à comparer le traitement de l'information sur différents journaux TV, en particulier ceux de LCI et de i-TV qui ont le même format : le résultat est édifiant ! Hiérarchisation des sujets différentes, durée des sujets différentes, montages différents des reportages communs aux 2 chaînes, sujets traités sur l'une et l'autre non, etc.

    Donc en gros c'est comme si Libération sortait enfin dans les kiosques après 40 ans de monopole de l'info par le Figaro ! Peu importe qu'on soit de gauche ou de droite, c'est, il me semble, une bonne nouvelle !  


    Que peut-on attendre concrètement de cette nouveauté ?

    Pour le moment pas grand chose, seul un tiers du territoire français est couvert par la TNT, moins d'un million de citoyens ont acheté le décodeur... Mais c'est un début... Et j'espère que l'accès à i-TV en octobre 2005 permettra de dynamiser la TNT et son expansion... Notre TV « de base » est archaïque (même en Russie ils ont des dizaines de chaînes), je trouve malsaine la prépondérance de la philosophie TF1 sur le réseau hertzien, donc cette amorce de pluralité (qui existe dans tous les autres pays...) ne peut que m'enchanter a priori... Bon, je déchanterais peut-être si i-TV se commercialise à outrance, mais la base actuelle me semble solide et intéressante...

    Cela me fait donc espérer un accès plus objectif à l'information pour tous les Français qui le souhaitent, sans surcoût mensuel majeur comme c'est le cas actuellement avec le câble ou le satellite. Et qui dit meilleure objectivité dit meilleure prise sur la société, d'où mon espoir d'une plus grande participation populaire à l'établissement des grandes lignes directrices de la politique menée dans notre vieux pays...


     

    Et Brel, qu'est-ce qu'il vient faire là ?

    Je suis tombé sur le zapping hier, qui montrait une interview du grand Jacques qui m'a fait penser à l'impact possible de la télé sur les gens :

    « J'aime pas les gens bêtes , parce que la bêtise, c'est de la paresse. La bêtise, c'est un type qui vit et qui dit : "Ca me suffit. Je vis, je vais bien, ça me suffit" Il ne se botte pas le cul tous les matins en disant : "C'est pas assez, tu ne sais pas assez de choses, tu ne vois pas assez de choses, tu ne fais pas assez de choses !" Une espèce de graisse autour du cœur, autour du cerveau. ».

    Or TF1 et M6 (voire le service public, obligé de s'aligner sur certaines complaisances voyeuristes ou caricaturales pour raisons commerciales) me semblent être des acteurs importants de cette notion de graisse vecteur de « bêtise » et n'incitent pas franchement à se « botter le cul tous les matins »... (souvenez-vous du «Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. Rien n'est plus difficile que d'obtenir cette disponibilité » de Patrick Le Lay, l'été 2004)...

    Actuellement tous les médias et politiques culpabilisent d'avoir laisser une graisse bien épaisse s'installer sur le sujet de l'Europe depuis 40 ans... Du coup tout le monde est sur le pont et nous nous réveillons suite à cette mobilisation politico-médiatique sans précédent, mais il est probablement trop tard face à l'énormité des enjeux du vote du 29 mai, d'où les fluctuations volatiles de l'opinion actuelles dans un sens ou dans l'autre..

    Au passage, mes 2 chansons préférées du grand Jacques qui, comme disait Coluche, était le plus grand chanteur français.... alors qu'il était belge...


    Amsterdam (concert)

     

     

    La chanson des vieux amants (version studio, sur un diaporama)

     

     

     

    En conclusion...

    J'espère que l'intérêt pour la politique nationale et internationale se réveillera enfin durablement dans notre pays après l' élection du 29 (bon, j'ai un doute quand même, le 21 avril 2002 n'ayant pas produit les résultats escomptés), et donc pour moi, cette arrivée d'i-TV gratuite sur le numérique terrestre est une excellente nouvelle pour prolonger et nourrir cette réflexion... Quitte à regarder plus de 3h la télé par jour, autant que ce soit avec une mise en perspective politique à peu près équilibrée (TF1 et éventuellement LCI versus i-TV), et non avec un PAF unidirectionnel fournissant une information prétexte au développement de programmes plus abrutissants les uns que les autres...

    Source de l'image de Brel : cliquez ici. C'est le site personnel d'un artiste peintre, Claude Chaboud, qui réalise des portraits à l'huile d'après photos, à découvrir !


    votre commentaire